Lundi 25 janvier 2016, le conseil municipal de l’arrondissement Agdal-Riad a tenu une réunion extraordinaire au cours de laquelle la société Rabat-Aménagement – présidée par le wali de la région – a présenté différents projets dont elle a la charge.

Alors qu’ils s’attendaient à une intervention approfondie et détaillée de la part du représentant de Rabat-Aménagement, les élu(e)s ont assisté à un exposé extrêmement sommaire, ne dépassant pas les dix minutes.

Les élu(e)s de la FGD ont alors fait part du vif mécontentement des habitants d’Agdal-Riad suscité par des travaux en cours non sécurisés – dysfonctionnement de l’éclairage public, absence de passages piétons et de signalisation –, qui ont entraîné ces derniers mois des accidents mortels sur l’avenue Hassan II, au niveau de la résidence « Oum Kaltoum ».

Autre point relevé par les élu(e)s de la FGD, le déracinement des arbres de l’avenue Annakhil à Hay Riad. Ces arbres, qui faisaient tout le charme de cette avenue alors agréable et ombragée, ont tout simplement été arrachés pour être remplacés par des palmiers par ailleurs très onéreux.

Les élu(e)s FGD ont également évoqué les projets que s’apprête à lancer Rabat-Aménagement sur les avenues « Tarfaa » et « Kamal Ezzaidi », des travaux qui entraîneront à nouveau l’arrachage de nombreux arbres. En outre, les élu(e)s FGD ont souligné le manque de professionnalisme de cette société puisque, dans le secteur 19 de Hay Riad, ses employés détruisent des trottoirs sans qu’aucune raison valable ne soit avancée, participant ainsi une fois de plus au gaspillage des deniers publics.

Après avoir interpellé le représentant de Rabat-Aménagement sur l’absence de panneaux de signalisation informant les citoyens sur la nature des travaux, leur durée et leur coût – comme le stipule la loi –, les élu(e)s FGD ont été très surpris de constater que le président du conseil d’Agdal-Riad, dirigé par le Parti justice et développement (PJD), n’était pas informé de l’absence de coordination entre Rabat-Aménagement et les services de son arrondissement. Illustration de cette situation, l’exemple des projets de réhabilitation de la forêt « El Kamara » et le revêtement de plusieurs rues au quartier Riad.

Face aux critiques, le représentant de Rabat-Aménagement s’est engagé à résoudre les problèmes. Peu convaincus par cette réponse plus qu’évasive, les élu(e)s de la FGD ont alors demandé l’interruption des travaux engagés par cette société tant qu’elle n’aura pas présenté une vision claire et précise de ses projets.

Enfin, les élus (es) de la FGD, qui ont déposé une demande écrite invitant le wali à venir s’expliquer, en tant que président de Rabat-Aménagement, sur tous ces dysfonctionnements, souhaitent aussi attirer l’attention de l’opinion publique sur le fait que, au cours de cette réunion extraordinaire, les élu(e)s du Parti authenticité et modernité (PAM) n’ont émis aucune remarque ou critique à l’égard du représentant de Rabat-Aménagement.

11988432_145900502432216_2352374888244059920_n